CNRS UFC
Connexion Indicateurs de Recherche Agenda Annuaire

Culture scientifique > Événements

Mais avant, l’environnement c’était comment ? Voyage au pays de la paléoécologie et de l’archéologie

En 2018, le laboratoire Chrono-environnement fête son dixième anniversaire avec une succession de conférences gratuites et grand public. Le point d’orgue de cet événement a lieu du 11 au 14 octobre 2018 à la Bouloie lors du festival VIVO.

Mais d’où vient ce nom "Chrono-environnement" ?
Parce que le temps présent est la conséquence du passé, parce que le futur ne se comprend qu’à la croisée des disciplines, de l’histoire à la médecine, le laboratoire Chrono-environnement est né de la fusion de laboratoires très éloignés thématiquement, mais travaillant tous sur la relation entre l’homme et l’environnement tout au long du temps. Aujourd’hui nous vous proposons deux conférences, l’une animée par un historien et un paléoécologue, l’autre par un écologue et un médecin :

PREMIÈRE CONFÉRENCE : Mais avant, l’environnement c’était comment ?
Voyage au pays de la paléoécologie et de l’archéologie.

Vendredi 12 octobre, 19 h
Hall de la Maison des étudiants, Espace Stellarium,
Avenue de l’Observatoire, Besançon

Résumé
Si le réchauffement climatique actuel interroge brutalement la relation que nous entretenons avec notre environnement et notre capacité d’adaptation, la longue histoire de notre espèce révèle une dualité, voire une complicité, permanente avec les variations climatiques. Depuis les profondeurs temporelles du Paléolithique aux prémices de notre monde moderne, l’espèce humaine a joué d’adaptations et de mutations face aux changements environnementaux. L’archéologie régionale et l’étude des archives environnementales collectées sur les reliefs jurassiens illustrent avec plus ou moins d’acuité cette relation mouvementée entre les hommes et leur environnement.

Vincent Bichet est enseignant-chercheur en géologie à l’université de Franche-Comté.

Vit-on un temps d’apocalypse environnementale comme jamais nos devanciers n’en auraient connu ? C’est bien le sentiment qui l’emporte aujourd’hui, sous l’influence des médias, des « lanceurs d’alerte » et des environnementalistes qui parlent désormais d’anthropocène irréversible.
Pour autant, l’ancien temps était-il forcément un « bon vieux temps » ? C’est tout l’enjeu de cette approche historique qui définira préalablement ce que l’on entend par « crise environnementale » pour ensuite scruter la réalité telle qu’elle nous est livrée par les archives de l’historien pétries de « chair humaine ». De facto, comme de nos jours, tout le monde ne subissait pas la crise avec la même intensité.
Plusieurs crises majeures des quatre derniers siècles, dont celle du changement climatique contemporain, seront ainsi abordées afin de mieux comprendre leur diversité (temporelle, géographique et sociale) et leurs causes dont certaines se révèlent être d’une brûlante actualité…

Emmanuel Garnier est historien du climat et des risques à l’université de Franche-Comté.

publié le