CNRS UBFC UFC
Connection Calendar

Scientific culture > Scientific mediation

[Vidéos] 18es Rencontres BFC Nature

Captation réalisée dans le cadre des 18es rencontres "Les cours d’eau de Bourgogne-Franche-Comté... 48 000 km vivants ?" le 23 et 24 septembre 2022 à la Maison du Parc naturel régional du Morvan. L’ensemble des présentations est disponible sur Youtube.

Présentation de Gudrun Bornette, directrice de recherche au CNRS

Résumé
L’étude se concentre sur le rôle des facteurs environnementaux dans la diversité végétale, et les caractéristiques sédimentaires des anciens bras fluviaux de quatre grandes rivières du massif jurassien : l’Ain, le Doubs, la Loue et la Saône. Les variables environnementales ont été documentées au niveau de la rivière (matières en suspension, physico-chimie de l’eau, pente de la rivière), et des zones humides (capacité du chenal, pente, caractéristiques sédimentaires, végétation). Tant au niveau de la rivière que des zones humides, l’augmentation de la pente (c.-à-d. l’augmentation de l’érosion pendant les inondations) et la diminution de la teneur en nutriments de l’eau augmentent la richesse et l’unicité des espèces, selon les hypothèses sur le rôle combiné des perturbations et de la productivité dans la biodiversité. Les zones humides qui ne sont pas érodées pendant les crues sont riches en nutriments et présentent une richesse spécifique et une unicité des peuplements faibles. L’assèchement combiné à une connectivité élevée augmente la richesse des peuplements. Les conséquences de tels fonctionnements sur la dynamique des zones humides sont présentées et les préconisations en matière de conservation et de gestion sont décrites. La communication propose en conclusion un protocole destiné à mesurer l’impact du changement climatique sur la dynamique moyen terme de ces écosystèmes et de leur biodiversité.

published on