CNRS UFC
Connexion Indicateurs de Recherche Agenda Annuaire

Recherche > Thèmes, Actions et Projets > Multi-Thèmes

Multi-exposition : mesures et impacts

Action innovante Depuis une dizaine d’années, le concept d’exposome a progressivement émergé dans la communauté scientifique. En complément de la démarche menée autour du génome et de son exploration, l’exposome désigne l’ensemble des expositions auxquelles un sujet est soumis, de la naissance à la mort (Wild 2012, Vriheid 2014).
En santé humaine, les avancées à partir de ce concept ont d’abord éclairé les thématiques liées aux agents chimiques et le domaine de la cancérologie (Wild 2013). Une des recommandations préconise ainsi d’utiliser des biomarqueurs ou capteurs individuels plutôt que des indices liés à la mesure de la contamination des
milieux (Rappaport 2011 ; Pliel 2012), et un consensus semble acquis sur l’utilisation d’outils et approches intégrées pour mieux définir l’exposition (Loiy 2011, NRC 2012).

Chez l’homme, l’impact d‘expositions inhalées (microorganismes, autres particules organiques), de la diversité alimentaire précoce, de la diversité du microbiote intestinal sur les maladies allergiques continueront d’être investiguées, avec un focus particulier sur l’appareil respiratoire. Les travaux sur la multi-exposition en milieu urbain (pollution de l’air, bruit) seront poursuivis, tant sur la caractérisation fine de cette multi-exposition et de ces déterminants que sur ces effets sanitaires, en particulier sur le système cardio-vasculaire. L’interaction polluants / pathogènes (ETMs, polluants organiques, radioéléments / bactéries, protistes, protozoaires) sera étudiée sur des cibles animales variées = oiseaux, micromammifères (mulots, campagnols, musaraignes), chauves-souris, gros mammifères carnivore (loup), omnivore (ours) et herbivore (chevreuil, cerf). Des travaux d‘écotoxicologie porteront sur la toxicité aigüe et chronique de mélange de polluants (PCB, PCDD/PCDF, métaux, radioéléments, POP, HAP...) sur organismes aquatiques et terrestres. Enfin, à l’échelle cellulaire, l’étude des phénomènes de transport transmembranaire sera axée sur les capacités de certaines combinaisons
de molécules ou rayonnements optique IR ou UV à faciliter le transport d‘agents anti-cancéreux dans le noyau.

publié le , mis à jour le