CNRS UBFC UFC
Connexion Agenda

Valorisation > Conférences et soutenances

Soutenance de thèse de Chloé Godeau

Chloé Godeau a le plaisir de vous inviter à sa soutenance de thèse intitulée : "Évaluation de l’impact de la dissémination des fongicides triazolés en agriculture sur Aspergillus fumigatus et proposition de solutions". Elle se tiendra le mercredi 30 novembre 2022 à 9h dans la salle de conférence du bâtiment Bio-Innovation aux Hauts-du-Chazal à Besançon.

Invitation et plan à télécharger ICI

Composition du jury
Rapportrice : Pr. Françoise Botterel-Chartier
Rapportrice : Dr. Laure Mamy
Examinatrice : Dr. Jolanta Rousseau
Examinatrice : Pr. Sophie Fourmentin
Examinateur : Dr. Frédéric Gimbert
Examinateur : Dr. Fabrice Martin-Laurent
Directrice de thèse : Dr. Nadia Crini
Co-directrice de thèse : Dr. Steffi Rocchi

Résumé

L’impact des activités anthropiques sur les services écosystémiques est avéré. Les études tournées vers l’environnement dans des approches pluridisciplinaires sont nécessaires pour mieux comprendre et limiter cet impact. L’une des problématiques majeures est le développement de la résistance aux antimicrobiens, dont un des exemples est la résistance d’Aspergillus fumigatus
aux triazolés. Cette espèce de moisissure ubiquiste est un pathogène opportuniste pour l’Homme et les animaux. Les alternatives thérapeutiques pour combattre cette moisissure sont minces et sont essentiellement basées sur une famille de molécules, les triazolés. Des mécanismes de résistance à ces traitements sont décrits sur tous les continents et sont liés, en partie, à l’utilisation, dans l’environnement, de molécules triazolées pour combattre les moisissures phytopathogènes, dont les structures chimiques sont très proches des triazolés à usage médical. Cet impact, qualifié de non intentionnel, est une source d’émergence et de diffusion de souches fongiques résistantes. Ce travail de recherche vise à comparer différents domaines d’application des molécules triazolées, allant des champs de cultures céréalières aux exploitations maraîchères et aux parterres de plantes ornementales, afin de mieux comprendre les conditions d’émergence et/ou de diffusion de cette résistance. Cette approche multi-échelle a permis de mettre en évidence un gradient de résistance en fonction des domaines étudiés. Ainsi, alors que les sols des cultures céréalières ne présentent aucun isolat résistant, 71% des isolats retrouvés dans les plantes ornementales entourant le centre hospitalier de Besançon se sont
avérés résistants aux triazolés, classifiant les bulbes de ces plantes traitées aux triazolés comme des « hotspots » potentiels de résistance. La transition vers l’utilisation de plantes à bulbes issues de l’agriculture biologique est nécessaire pour éviter l’exposition de populations à risque autour de l’hôpital notamment. Dans d’autres types d’agriculture où ces fongicides garantissent de bons rendements de production, des approches innovantes doivent être développées pour limiter l’émergence de ce problème de santé publique. Les cyclodextrines, molécules cages issues de la dégradation de l’amidon, semblent être une piste intéressante.

publié le , mis à jour le