CNRS UFC
Connexion Agenda

Valorisation > Conférences et soutenances

Soutenance de thèse de Doudou Batumbo Boloweti

Analyse écologique des points chauds de choléra en Afrique.
par Doudou Batumbo Boloweti

Thèse de doctorat en Médecine, santé publique, environnement et société soutenue le 13 juillet 2021, sous la direction de Gudrun Bornette, Jean-Jacques Muyembe et Didier Bompangue.

Résumé

Le choléra est une maladie diarrhéique aigue sévère causée par Vibrio cholerae, bactérie Gram négatif qui colonise les eaux de surface, chaudes, salines, alcalines, souvent en association avec le phyto ou le zooplancton. Après 50 ans d’introduction du choléra en Afrique, la maladie affecte de manière très forte les pays d’Afrique. Le travail de doctorat a eu pour objectif de tenter d’élucider les causes de l’endémicité du choléra en Afrique et à l’échelle d’un secteur du rift, le lac Kivu et la zone de santé de Katana, située en république démocratique du Congo. Une carte des espaces géographiques à risque a été élaborée pour le continent africain qui montre un plus grand nombre au niveau de la vallée du Rift et autour du bassin du lac Tchad. Cette première étude a mis en évidence la relation entre l’existence de masses d’eau salées (lagunes, lacs, cours d’eau) et l’endémicité de la maladie. Dans ces conditions environnementales, le risque cholérique est exacerbé dans les pays économiquement faibles, et instables. En Afrique continentale, l’étude a permis de montrer une bonne superposition entre les secteurs de forte activité volcano-tectonique (Vallée du Rift Africain, bassin du lac Tchad) et l’endémicité du choléra. L’étude de la dynamique du choléra dans une zone de santé de la vallée du Rift (province de Katana en RDC) a démontré que l’activité volcanique joue un grand rôle dans la survenue et le maintien des épidémies de choléra dans la vallée du Rift Africain. Ainsi, le travail a pu démontrer que l’activité volcano-tectonique (mesurée par la concentration en SO2 du panache de fumée du volcan Nyiragongo) régissait la température et la salinité des eaux du lac Kivu, et la présence du bacille dans l’eau du lac et les poissons. L’étude a pu montrer que la présence environnementale du bacille dans le lac était très fortement liée aux données épidémiologiques de la zone de Katana. Une étude portant sur les pratiques des habitants de Bukavu a pu démontrer que la contamination individuelle au choléra est liée à la manipulation et consommation des produits du lac (eau ou poissons). Ce travail de doctorat a permis de cibler des espaces à risque de choléra en Afrique, et l’impact de l’activité volcanique dans la dynamique du choléra en Afrique continentale, Ces informations sont nécessaires pour bâtir des stratégies efficaces et ciblés de lutte contre le choléra dans le continent Africain conformément à la feuille de route mondiale élaboré par le groupe de travail mondial sur la lutte contre le choléra en 2017.

publié le