CNRS UFC
Connexion Indicateurs de Recherche Agenda Annuaire

Valorisation > Conférences et Soutenances

Soutenance de thèse de Marion Lestienne

Marion Lestienne a le plaisir de vous inviter à sa soutenance de thèse intitulée "Quantification et modélisation de l’évolution du régime des feux au cours de l’Holocène et de l’Anthropocène en Corse".
Elle aura lieu le 15 novembre 2019 à 14h dans la salle -107M (Chrono-environnement, 16 route de Gray, 25000 Besançon).

Composition du jury
Laurent LESPEZ, Rapporteur, Professeur des Universités, Université de Paris-Est Créteil
Florent MOUILLOT, Rapporteur, Chargé de recherche HDR, IRD, Montpellier
Thomas CURT, Examinateur, Directeur de recherche IRSTEA, Aix-en-Provence
Isabelle JOUFFROY-BAPICOT, Examinatrice, Ingénieure de recherche CNRS, Besançon
Marie-France LOUTRE, Examinatrice, Executive Director PAGES, Berne
Christelle HÉLY, Co-Directrice, Directrice d’étude EPHE, Montpellier
Boris VANNIÈRE, Directeur, Directeur de recherche CNRS, Besançon

Résumé
Au sein du Bassin Méditerranéen, la Corse abrite les écosystèmes parmi les mieux préservés en termes de richesse d’habitats et de type de végétation. C’est également la région française la plus touchée par les feux de forêt. Ces dernières années la déprise pastorale et le réchauffement climatique ont très fortement augmenté la probabilité d’occurrence et de propagation des feux. Dans ce contexte, l’objectif de cette thèse vise à approfondir la compréhension des causes et mécanismes du régime de feu en Corse au cours de l’Holocène et d’en proposer une lecture prospective. Les résultats de ce travail montrent que les feux dès le début de l’Holocène participent à la construction et la diversification de l’écosystème méditerranéen. Il y a 6000 à 5000 ans, alors que les conditions climatiques sont moins favorables au déclenchement et à la propagation des feux de forêt, les activités agro-pastorales utilisant le feu sont les principaux agents du développement de l’exceptionnelle biodiversité actuellement établie en Corse. Ce travail propose aussi l’utilisation du MDC (indice mensuel de sécheresse) pour reconstruire les conditions climatiques de l’aléa incendie au cours de l’Holocène et ainsi établir des valeurs de référence dans des contextes environnementaux connus. Du point de vue de cet indice, le début de l’Holocène est caractérisé par un climat plus aride qu’aujourd’hui, avec un ensoleillement plus fort également qui explique un régime de feu soutenu à cette période. Toutefois, la durée de la saison de feu (FSL) restait limitée à une centaine de jours. Quels que soient les scénarii d’évolution des conditions climatiques pour le siècle en cours proposés par le GIEC, les dangers de feu calculés à partir du MDC et de la FSL augmentent fortement. Le MDC retrouve des valeurs comparables au début de l’Holocène sans toutefois les dépasser alors que la durée de la saison de feu (FSL) doit largement s’étendre au-delà des durées enregistrées par le passé. Nous serons alors confrontés pour la première fois à une augmentation simultanée de la sécheresse (intensité et surtout sa durée en nombre de jours) et des activités humaines, ce qui aura pour conséquence un accroissement sans précédent de l’aléa et du risque de feu.

Invitation
Invitation

publié le