CNRS UFC
Connexion Agenda

Valorisation > Conférences et soutenances

Soutenance de thèse de Valentin Essert

Valentin Essert soutiendra sa thèse de doctorat lundi 23 mai à 14h en salle -107 M, laboratoire Chrono-environnement (UFR ST, bâtiment Propédeutique, 25000 Besançon). Son travail porte sur les Sources et voies de transfert du carbone dans les réseaux trophiques pélagiques lacustres d’après l’analyse des signatures isotopiques du carbone des daphnies et de leurs restes subfossiles, une approche combinée néo- et paléolimnologique.

Composition du jury
Heiri Oliver, Rapporteur, Université de Bâle
Dupuy Christine, Rapportrice, Université de La Rochelle
Grosbois Guillaume, Examinateur, Université de Québec en Abitibi-Témiscamingue
Latour Delphine, Examinatrice, Université Clermont-Auvergne
Millet Laurent, Directeur de thèse, CNRS
Masclaux Hélène, Co-encadrante, Université de Franche-Comté

Résumé de thèse
Les lacs sont des écosystèmes cruciaux pour la régulation du cycle global du carbone, pouvant fixer le carbone inorganique via la photosynthèse et minéraliser le carbone organique pour produire du CO2 et du CH4. L’intensification récente des pressions anthropiques a conduit à un bouleversement du cycle biogéochimique du carbone pour de nombreux lacs, se traduisant par une intensification des processus de minéralisation de la matière organique. Ces dynamiques peuvent conduire à un déséquilibre de la balance entre les processus d’émission, de stockage et de transport dans les réseaux trophiques du carbone. Les facteurs de contrôle et les mécanismes de transfert du carbone dans les réseaux trophiques restent cependant mal connus, notamment en ce qui concerne les réseaux trophiques pélagiques. Cette thèse vise donc à étudier les sources et voies de transferts du carbone aux consommateurs pélagiques à des échelles temporelles variables, et à évaluer l’influence des perturbations touchant les systèmes lacustres. La stratégie mise en œuvre combine des approches synchroniques et diachroniques et s’appuie sur l’analyse des isotopes stables du carbone des daphnies et de leurs restes subfossiles, les éphippies. Les résultats acquis au cours de cette thèse ont contribué à montrer une variabilité saisonnière des sources de carbone consommées par les daphnies avec notamment des transferts soutenus de carbone méthanogénique (C-CH4) en période hivernale. Nos résultats montrent également que la signature isotopique des éphippies reflète plus ou moins les transferts hivernaux de C-CH4 en fonction de leur période de production par rapport à la période du brassage automnal des lacs. Nous avons ainsi proposé une stratégie originale basée sur l’utilisation des éphippies combinée à celle d’autres restes subfossiles ayant une intégration temporelle plus large pour l’étude du cycle du carbone en paléolimnologie. Enfin, les approches néo- et paléolimnologiques développées dans cette thèse mettent en évidence l’influence de la stratification thermique, de l’occupation des bassins-versant et du niveau trophique des lacs sur les processus de production et de transfert du CO2 et du CH4 dans les réseaux trophiques pélagiques

publié le , mis à jour le