CNRS UBFC UFC
Connexion Agenda

Valorisation > Expertises, partenariats et R&D

L’IPBES et le GIEC choisis pour partager le prix Gulbenkian de l’humanité 2022

Le 13 octobre 2022, le prix Gulgenkian a été officiellement décerné lors d’une cérémonie à Lisbonne. Ce prix récompense l’ensemble de la communauté du GIEC et de l’IPBES, soit des milliers de scientifiques ou de détenteurs de savoirs autochtones et locaux des 139 états membres.

Les deux organisations reconnues sont internationales, sous l’égide de l’ONU, et leurs principales fonctions sont d’établir un pont entre les connaissances scientifiques et les gouvernements, l’une sur le changement climatique et l’autre sur la biodiversité et les services écosystémiques.

L’IPBES et le GIEC ont été sélectionnés parmi 116 candidatures provenant de plus de 40 pays. En faisant son choix, le jury a souligné comment la sélection reconnaît "le rôle de la science en première ligne de la lutte contre le changement climatique et la perte de biodiversité." La science fondée sur des données probantes", a estimé le jury, "a été fondamentale non seulement pour faire avancer de nombreuses actions politiques et publiques, mais aussi pour attribuer la "nature d’urgence" à la manière dont l’agenda politique aborde la question de la lutte contre la crise climatique". Le prix comprend une récompense d’un million d’euros à partager entre les deux organisations, pour faire avancer leur travail.
La décision de décerner le prix Gulbenkian pour l’humanité 2022 à l’IPBES et au GIEC est également une déclaration puissante confirmant que la disparition des espèces, la destruction des écosystèmes et la dégradation des contributions de la nature à l’humanité représentent ensemble une crise non seulement d’une ampleur similaire à celle du changement climatique, mais qui doit être traitée avec au moins la même urgence. Le message unifié des deux communautés d’experts est le suivant : soit nous abordons et résolvons la crise de la biodiversité et la crise climatique ensemble, soit nous échouons sur les deux fronts.

Patrick Giraudoux, professeur émérite d’écologie à l’université de Franche-Comté, est l’un des auteurs expert pour l’IPBES. Il a reçu avec satisfaction la reconnaissance et fait la remarque suivante : "Ce prix va donner plus de visibilité aux problèmes d’effondrement de la biodiversité qui passe souvent inaperçu par rapport aux changements climatiques alors même que ce sont des phénomènes (disparition des écosystèmes, des espèces, des gènes, etc.) irréversibles contrairement aux émissions de gaz à effet de serre."

publié le