CNRS UFC
Connexion Indicateurs de Recherche Agenda Annuaire

Valorisation > Productions scientifiques

Aux racines de l’Anthropocène : une crise écologique reflet d’une crise de l’homme

Alors qu’ils se multiplient, les records de températures nous semblent moins marquants. C’est ce qu’a mis en évidence une étude de Frances C. Moore et al. publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) en février : en étudiant les réactions sur les réseaux sociaux, les chercheurs ont montré qu’après quelques occurrences, nous remarquons moins les événements climatiques inhabituels.
Apporter des connaissances scientifiques est donc indispensable pour lutter contre ce phénomène d’habituation, et avoir un regard sur le temps long peut nous aider à comprendre cette brusque accélération du réchauffement climatique.

Les éditions Le Bord de l’eau publient aujourd’hui un ouvrage qui répond à cette problématique. L’auteur, Michel Magny, paléoclimatologue à Chrono-environnement (UMR6249 CNRS-UFC) traite de cette nouvelle époque géologique, l’Anthropocène, qui est caractérisée par un impact sans précédent d’une seule espèce, Homo sapiens, sur l’écosystème planétaire depuis les débuts de la Révolution industrielle.
Le point de départ de l’ouvrage, Aux racines de l’Anthropocène. Une crise écologique reflet d’une crise de l’homme, est de considérer que l’Anthropocène ne désigne pas seulement une crise de la nature comme dans l’interprétation qui en est habituellement donnée, mais aussi une crise de l’homme, les deux crises puisant aux mêmes racines dans une interaction continue entre nature et sociétés.
Sans se limiter à la période industrielle, l’Anthropocène est mis en perspective dans la très longue durée pour suivre les trajectoires croisées des sociétés et de la nature depuis l’émergence de l’homme, soit depuis environ 7 millions d’années. Ce temps long permet de mettre en lumière le changement des forces anthropiques : d’abord sociales, puis politiques et enfin économiques, qui animent ces trajectoires et contribuent peu à peu mais inexorablement à l’avènement d’une nouvelle époque pour les écosystèmes terrestres.
Destiné à un large public, cet ouvrage offre une synthèse de toutes les facettes de la crise écologique de l’Anthropocène telles qu’elles sont décrites par la communauté scientifique internationale : réchauffement climatique, explosion démographique des humains, sixième extinction de masse des espèces, appropriation et artificialisation de tous les espaces planétaires par les hommes, et enfin pollution des écosystèmes par de redoutables contaminants, autant de signes prémonitoires d’un effondrement imminent.
Il explore également la crise de l’homme et des sociétés dont l’Anthropocène est le nom. À travers une relecture du récit de la Modernité et de son rôle dans la structuration économique du système-monde contemporain, il tente d’identifier les ressorts du piège qui peu à peu se referme sur la nature et sur les hommes, et qui nous pose de redoutables questions sur l’essence réelle des processus à l’œuvre. La destruction par l’homme de sa niche écologique recouvre également une perte de sa propre humanité. Pour se réconcilier avec la nature, l’homme doit aussi se réconcilier avec lui-même.

Michel Magny, est directeur de recherche émérite au CNRS, médaillé d’argent du CNRS en 2006, spécialiste des changements climatiques et environnementaux et de leurs interactions avec l’histoire des sociétés depuis le Dernier Maximum Glaciaire.


[AGENDA] Rendez-vous lundi 23 septembre avec Michel Magny, dans le cadre des Rendez-vous de Chrono-environnement, pour une conférence intitulée Une crise écologique reflet d’une crise de l’homme. Aux racines de l’anthropocène, à 20h, au Petit Kursaal de Besançon.

publié le