CNRS UFC
Connexion Indicateurs de Recherche Agenda Annuaire

Valorisation > Productions scientifiques

Complémentarité des outils scientifiques pour évaluer la toxicité de rejets industriels

Nadia Morin-Crini, Pierre-Marie Badot et Grégorio Crini viennent de publier un état de l’art scientifique et technique dans la revue Techniques de l’Ingénieur, intitulé "Complémentarité des outils scientifiques pour évaluer la toxicité de rejets industriels".

Les rejets industriels, même s’ils respectent les réglementations en vigueur, peuvent s’avérer toxiques pour l’environnement et les organismes vivants. Il y a donc un intérêt réel à coupler deux approches différentes mais complémentaires, comme l’analyse chimique et l’écotoxicologie, pour identifier non seulement qualitativement et quantitativement les substances présentes dans les rejets mais également évaluer leur qualité environnementale. Depuis les années 2000, un nombre croissant de travaux de recherches impliquant chimistes et biologistes ont ainsi été publiés, notamment par Chrono-environnement qui a publié pour la première fois, il y a une dizaine d’années, des résultats de caractérisation d’effluents de traitement de surface, filière industrielle d’excellence en Franche-Comté, obtenus à partir de tests biologiques utilisant un bioindicateur végétal couplés à des analyses chimiques. L’objectif de cet état de l’art est de montrer que les tests écotoxicologiques sont des outils pertinents pour évaluer et comparer la toxicité d’effluents, en complément de l’analyse chimique qui permet de caractériser la charge en contaminants d’un rejet d’un point de vue qualitatif et quantitatif.

INTRODUCTION

Les rejets aqueux de la filière traitement de surface contiennent un ensemble de contaminants dont des métaux. Ces rejets, même s’ils respectent les réglementations en vigueur, peuvent s’avérer toxiques pour l’environnement et les organismes vivants. Il y a donc un intérêt réel à coupler deux approches différentes mais complémentaires, comme l’analyse chimique et l’écotoxicologie, pour identifier non seulement qualitativement et quantitativement les substances présentes dans les rejets mais également évaluer leur qualité environnementale. Depuis les années 2000, un nombre croissant de travaux de recherches impliquant chimistes et biologistes ont ainsi été publiés, cette association ayant pour but la caractérisation de divers rejets industriels. L’objectif de cet article est de montrer que les tests écotoxicologiques sont des outils pertinents pour évaluer et comparer la toxicité d’effluents comme ceux de la filière traitement de surface, en complément de l’analyse chimique qui permet de caractériser la charge en contaminants d’un rejet d’un point de vue qualitatif et quantitatif. Un exemple de recherche en ingénierie des eaux pour mesurer l’efficacité chimique des procédés de traitement des eaux est également décrit.

publié le