CNRS UFC
Connexion Indicateurs de Recherche Agenda Annuaire

Valorisation > Productions scientifiques

Dynamique des télomères chez l’homme et l’animal : examen et perspectives en toxicologie environnementale

Maxime Louzon, Michael Coeurdassier, Frédéric Gimbert, Benjamin Pauget, Annette de Vaufleury, 2019 : Telomere dynamic in humans and animals : Review and perspectives in environmental toxicology, Environment International

Résumé
Les télomères sont des séquences répétées d’ADN situées à l’extrémité des chromosomes. Ils ont différents rôles, tels que la stabilisation du génome et ils raccourcissent avec le vieillissement des individus. De nombreux facteurs peuvent concourir à un raccourcissement accéléré des télomères tels que les contaminants chimiques retrouvés dans l’environnement (e.g. métaux, hydrocarbures, PCB, pesticides). Le raccourcissement des télomères et l’inhibition des activités enzymatiques qui les maintiennent sont en lien avec des effets négatifs sur la santé des organismes, pouvant conduire à un raccourcissement de la durée de vie reproductive et une mortalité prématurée, suggérant qu’ils peuvent être des processus clés à être étudiés en toxicologie et qu’ils sont pertinents comme marqueur d’effets précoces des contaminants chimiques sur la santé et la dynamique des populations humaines et animales. Lors de la survenue de cancers, la dynamique des télomères peut également être altérée via un maintien indéfinis de la longueur des télomères. L’objectif de la review publiée était de faire une analyse critique des connaissances sur les relations entre la dynamique des télomères et les contaminants chimiques pour identifier la pertinence de la mesure des télomères en toxicologie environnementale, du fait que les polluants chimiques peuvent altérer l’espérance de vie des individus et causer des cancers. Brièvement, nous avons identifié que le raccourcissement des télomères avec le vieillissement n’était pas une généralité dans le règne animal notamment pour les invertébrés, que l’exposition à des polluants peut causer un raccourcissement ou un allongement (en fonction des contaminants considérés) des télomères chez les vertébrés (principalement chez l’homme et certaines espèces d’oiseaux) et que chez les invertébrés, la pertinence de la mesure de la dynamique des télomères pour l’évaluation des risques environnementaux reste encore à être exploré.

publié le