CNRS UFC
Connexion Indicateurs de Recherche Agenda Annuaire

Valorisation > Productions scientifiques

L’activité volcanique contrôle les épidémies de choléra dans le Rift est-africain

Le choléra (Vibrio cholerae) est apparu le long du lac Kivu dans le rift africain dans les années 1970. Depuis cette date, il est endémique du Rift africain, malgré l’absence de masse d’eau marine, dans lequel il prolifère habituellement. Nous avons formulé l’hypothèse que sa présence pourrait être contrôlée par l’activité volcano-tectonique des volcans bordant le lac Kiwu, qui, en augmentant la salinité et la température des eaux de surface et des eaux souterraines, pourrait en partie régir les caractéristiques de l’eau du lac et favoriser sa prolifération. L’activité volcanique (évaluée chaque semaine par le flux de SO2 du panache du volcan Nyiragongo sur la période 2007-2012) est fortement corrélée positivement avec la conductivité, la salinité et la température de l’eau du lac Kivu. Sur la période 2007-2012, ces trois paramètres ont été fortement corrélés positivement avec la dynamique temporelle des cas de choléra dans la zone sanitaire de Katana bordant le lac. Les variables météorologiques (température de l’air et précipitations) et les autres caractéristiques de l’eau (à savoir le pH et la concentration d’oxygène dissous dans l’eau du lac) n’étaient pas liées à la dynamique du choléra sur la même période. Sur la période 2016-2018, nous avons échantillonné chaque semaine la salinité et la conductivité de l’eau du lac, et deux fois par mois la présence de vibrions dans l’eau du lac et dans les poissons. L’abondance de V. cholerae dans le lac a été positivement corrélée à la salinité et à la température du lac, ainsi qu’au nombre de cas de choléra dans la population de la zone sanitaire de Katana. L’abondance de V. cholerae dans les poissons a été positivement corrélée avec l’abondance de V. cholerae dans l’eau du lac, ce qui suggère que leur consommation contamine directement les humains. L’activité du volcan, en contrôlant les caractéristiques physico-chimiques du lac Kivu, est donc un déterminant majeur de la présence du bacille dans le lac. Les flux de SO2 dans le panache du volcan peuvent être utilisés comme un outil pour prévoir les risques d’épidémie.

Batumbo Boloweti D., Giraudoux P., Deniel C.,Garnier E., Mauny F., Kasereka C.M., et al. (2020) Volcanic activity controls cholera outbreaks in the East African Rift. PLoS Negl Trop Dis 14(8):e0008406.

publié le , mis à jour le